Essai en vol du Broussard


Démarrage

Après avoir mis le contact électrique et la batterie en circuit, le pilote vérifie que les volets de capot sont ouverts d'un centimètre, que la manette d'hélice est sur le grand pas - et non sur le petit pas comme on pourrait s'y attendre - les gaz réduits, le mélange sur étouffoir, etc. Le sélecteur des réservoirs, au plancher, est placé sur " intercom ", et le robinet d'essence, à gauche du tableau de bord, est tourné vers le haut dans un mouvement qui entraîne simultanément l'ouverture du robinet d'huile. La mise en route du Pratt&Whitney de 450 cv est simple et facile, pourvu que personne ne touche aux manettes de gaz afin de ne pas provoquer d'incendie. Manette de richesse poussée sur "normal", manette d'hélice tirée sur grand pas, manette de gaz avancée d'un ou deux centimètres. Toutes les trois sont installées contre la cloison, en deux blocs , à gauche et à droite. Pompe électrique mise sur "marche", de l'essence est injectée dans les cinq cylindres supérieurs au moyen d'une pompe de gavage électrique dont le bouton de commande est situé en bas à gauche de la planche de bord : quatre à six impulsions si le moteur est froid, trois ou quatre fois s'il est chaud. Au bas du milieu du tableau de bord, la main droite soulève la sécurité du démarreur; l'index et le majeur tirent sur la poignée du starter tandis que le pouce appuie sur le bouton du démarreur, au-dessus. L'hélice tourne. Au passage de la quatrième pale, le contact des deux magnétos est mis avec l'autre main, en haut du tableau de bord, à gauche.

L'excellent moteur démarre généralement sans problème, avec une sorte d'hésitation, comme tous les moteurs en étoile: les cylindres qui s'allument d'abord, les uns après les autres, sont ceux du dessus puisqu'ils ont été alimentés en essence; les autres restent muets, puis, de nouveau, les cylindres supérieurs s'allument. C'est seulement à ce moment que les cylindres du bas, alimentés cette fois, y vont de leur chanson et que le moteur tourne régulièrement. Dès que le moteur tourne, il faut veiller à ce qu'il ne dépasse pas 800 tours. L'hélice étant au grand pas, le laisser tourner à un régime supérieur lui imposerait des efforts dommageables. Dès que la température d'huile atteint 40°C, l'hélice est passée au plein petit pas, et la pression d'huile une nouvelle fois vérifiée.

Le moteur du " Broussard ", comme d'autres d'ailleurs, est lancé au grand pas pour ménager les pistons (1) du variateur hydraulique de pas d'hélice. Comme chacun sait, lorsque l'hélice est au petit pas, ces pistons sont repoussés par l'huile du moteur. Malheureusement, leurs segments en cuir sont fragiles. Afin de ne pas soumettre ces derniers à la pression d'une huile froide très épaisse qui pourrait les briser, l'hélice est maintenue au grand pas tant que l'huile du moteur ne s'est pas convenablement fluidifiée en chauffant dans sa bâche (son réservoir). Plus tard, lors des essais de moteur et d'hélice avant le décollage, la fragilité de ces segments impose de manier la manette d'hélice avec certaines précautions.

La température de l'huile est réglée au moyen d'un volet commandé par une manette brune, à la base du tableau de bord. La bonne température des culasses, entre 160 et 260°C, est régulée manuellement elle aussi, par l'ouverture ou la fermeture des volets de capot dont le moteur électrique et les mécanismes peuvent, cependant, se bloquer s'ils sont manipulés trop brutalement.


  www.mh-1521.fr | admin 

















Page générée en 0.016152 secondes