Le Journal de bord du Max Holste MH-1521


Journée Portes Ouvertes à Sézanne

par Jean-Michel le 26 juin 2011





La première sortie du Broussard nouvellement revêtu de son insigne d'unité a eu lieu à l'occasion de la traditionnelle JPO de l'aéroclub de Sézanne qui se tient chaque dernier dimanche de juin.

 

Les clubs voisins sont tous présents et quelques avions de collection basés à La Ferté Alais donnent un cachet tout particulier à ce plateau, gratifié d'une météo exceptionnelle.

 

Après une présentation du Broussard, nous assisterons à un splendide vol du FW44 Stieglitz, tout en douceur, au son discret et mélodieux de son moteur Siemens, puis à une démonstration tonitruante du T-6 (qui partage avec le Broussard le claquement caractéristique de son hélice), soulignée par un fumigène du plus bel effet.

 

Une Alouette II, contemporaine de notre Broussard, montrera sa maniabilité et la précision de son vol au mains d'un pilote particulièrement à l'aise avec sa machine.

 

Nous recevrons également la visite d'un Yak-52 et d'un Yak-50, tous deux basés à Pont sur Yonne.

 

Une très belle journée, une équipe sympathique, chaleureuse et très accueillante, voici de quoi donner envie d'y revenir en 2012 !

 

AC Sézannais : http://acsezanne.over-blog.com/



La touche finale !

par Jean-Michel le 17 juin 2011




Ce 17 juin 2011 est une journée importante pour notre Broussard F-BNDD.

 

En effet, c'est aujourd'hui que l'OSAC renouvelle le CDNR de "DD", à l'occasion d'un vol vers Dijon-Darois, nid fameux des warbirds de Flying Legend, et que la décoration du Broussard sera complétée par l'application de l'insigne d'unité.

 

Après les formalités d'usage et la validation du CDNR pour une année supplémentaire, retour vers Châtillon où les préparatifs commencent pour l'apposition de l'insigne d'unité, première de la vie opérationnelle du n°240 : le CEAM.

 

Un pochoir des années 60 est mis en place... et en quelques rapides passes de peinture gris clair, le nez de notre Broussard arbore fièrement l'insigne du CEAM qui met une touche finale à la décoration, enfin terminée, du F-BNDD !



Visite annuelle 2011

par Jean-Michel le 25/26 mai 2011





La visite annuelle/100 heures a eu lieu cette année les 25 et 26 mai. Lors de cette visite, un programme complet est appliqué avec notamment le nettoyage et graissage de l'atterrisseur arrière, particulièrement exposé aux projections de gravillons, de terre et de poussières.

 

La lubrification à l'huile fluide des articulations de gouvernes et volets fait également partie des opérations annuelles.

 

Opération très importante que tout propriétaire de Broussard doit connaître par coeur, le nettoyage du filtre Guiot. Ce filtre, intercalé entre le réservoir et la pompe à huile, est constitué d'un empilage de 14 coupelles filtrantes dont le nettoyage est impératif, toutes les cinq heures de vol ou tous les 10 atterrissages. Ce qui peut apparaître comme une contrainte représente en réalité une autonomie très appréciable pour un avion de brousse : pas besoin de cartouche de rechange, juste un peu d'essence prélevée aux purges suffit à nettoyer le filtre, même dans un endroit reculé du désert !

 

Enfin, après nettoyage du réservoir, le plein de 35 litres d'huile minérale pure M100 est effectué et le circuit d'huile du moteur est réamorcé.

 

Parmi les autres opérations effectuées, le nettoyage du radiateur d'huile, le remplacement exceptionnel des tubes cache tiges de culbuteurs (suite de la VA 2010, lire ici : http://240.mh-1521.fr/index.php?part=5&id=113), puis un nettoyage général de la cellule mettent un point final à notre visite annuelle.

 

Le Broussard n°240 est prêt pour la saison 2011 !



Remplacement des manches à balai

par Jean-Michel le 18 août 2010



Lors de l'installation de la VHF par le précédent propriétaire, les fiches de branchement électrique des manches pilote et copilote avaient été supprimées et le câblage refait en continu des PTT jusqu'à l'intercom. Cette modification ayant altéré l'authenticité du Broussard, nous avons décidé de remplacer les manches par des pièces d'origine équipées de leurs connecteurs. (Ce qui permet accessoirement de déposer très rapidement les manches -opération fréquente pour le manche copilote en configuration largage paras-)

 

La dépose est relativement simple, le manche est fixé par deux boulons à 90°. L'accès aux connecteurs, pour la soudure des fils PTT, est plus ardu, l'espace étant plutôt restreint pour glisser les mains sous le plancher.

 

Une fois ce travail terminé, le 240 est sorti pour son point fixe périodique, le fort vent de travers n'aura pas permis un vol de contrôle ce jour !



JPO Air Campus à Troyes-Barberey

par Jean-Michel le 27 juin 2010




Le monde de l'aviation est petit, et par le truchement de notre webmaster, la dynamique Association Air Campus a invité notre Broussard 240 à participer à sa deuxième Journée Portes Ouvertes qui s'est tenue le 27 juin 2010, sous un soleil de plomb, à Troyes (LFQB). Ambiance détendue et très agréable pour cette journée qui réunissait (C'est une tradition de plus en plus répandue) des machines volantes de tout poil et des belles voitures.

 

Le trafic aérien a été dense dans le ciel troyen, avec des vols découverte au-dessus des Lacs de la Forêt d'Orient, entrecoupés de ballets d'hélicoptères multicolores.

Une surprise de taille viendra spontanément mettre une pause à nos vols, avec l'arrivée de Monsieur Daniel Koblet aux commandes du magnifique Morane 406, qui nous a permis, le temps d'un ravitaillement en carburant, d'admirer le dernier exemplaire survivant de ce chasseur français de 1940 superbement restauré, et d'entendre la mélodie de son V12 Hispano.

 

La journée s'est terminée comme il se doit par une photo de groupe et la promesse de rééditer cette manifestation en 2011.

 

Un grand merci à toute l'équipe d'Air Campus pour son accueil et sa bonne humeur (Et son inoubliable clafoutis maison !)

 

Pour en savoir plus : http://www.aircampustroyes.fr

 

 



Visite annuelle 2010

par Jean-Michel le 12 mai 2010






Comme chaque année, notre Broussard doit subir sa visite 100 heures/annuelle. Celle-ci a lieu cette année en mai, les 12 et 13 précisément.

 

Nous commençons par la visite cellule, consistant pour l'essentiel en un nettoyage approfondi, des contrôles multiples et la lubrification de tout ce qui bouge : articulations des gouvernes, manettes et tringleries de commande, roues, amortisseur, etc.

 

Les roues avant nécessitent un soin tout particulier car elles sont sujettes au criquage, une consigne de navigabilité impose un contrôle par ressuage toutes les 100 heures.

 

Ensuite c'est le moteur qui est l'objet de tous nos soins : point fixe, vérification du bon fonctionnement de tous les accessoires, vidange, mesure des taux de fuite, nettoyage des bougies, etc.

Quatre tubes de protection des tiges de culbuteurs ont été remplacés ainsi que quelques joints.

 

Toutes les tringleries de commande du moteur (puissance, hélice, mélange, réchauffage carbu, robinets d'huile et d'essence) sont déposées, nettoyées, graissées et remises en place.

 

Parmi les opérations exceptionnelles, l'installation d'une pompe à huile neuve est au programme. La pompe est déstockée (nettoyage de la graisse de stockage) et préparée pour son installation, avec des joints neufs.

 

(A suivre)

 



Rénovation d'un démarreur

par Jean-Michel le 23 novembre 2009




22 novembre 2009 : un ancien démarreur éclipse, stocké depuis des années va subir une grande visite en vue, sait-on jamais, d'une utilisation future.

 

Le moteur est désaccouplé du réducteur, nettoyé soigneusement et ses roulements nettoyés, vérifiés et graissés. Le carter moteur est apprêté et peint.

 

le réducteur, une très belle pièce de mécanique, est un mécanisme épicycloïdal à trois étages. Désassemblé, dégraissé, nettoyé, son état est excellent. Le boîtier du réducteur est apprêté puis peint, et le réducteur est réassemblé, non sans avoir été copieusement graissé à neuf.

 

Le collecteur est nettoyé, les balais contrôlés et le démarreur testé sous 24V. Les cache balais posés et pour terminer, tous les freinages sont refaits.

 



Broussard meet 2009 !

par Jean-Michel le 17 septembre 2009



12 septembre 2009 : Le grand Jour est arrivé !

 

Le rassemblement Broussard 2009, à Pouilly en Auxois, est l'Evénement de l'année à ne rater sous aucun prétexte !

 

Dame Nature ne s'est pas dérobée et nous gratifiera de deux belles journées qui, avec quatorze Broussard présents, accueilleront le plus grand rassemblement de ces dernières années, et la deuxième édition d'Aéromobile !

 

Notre cher Broussard n°240 est bien entendu de la fête, où il retrouvera d'anciens camarades de régiment (Notamment de l'ELA44 d'Aix les Milles)

 

La suite et d'autres photos de l'événement ici :

http://www.mh-1521.fr/index.php?part=91

 



JPO Foug'Air le 28 juin 2009

par Jean-Michel le 29 juin 2009




28 juin 2009 : première sortie "officielle" du Broussard F-BNDD

 

Et c'est à l'occasion de la journée portes ouvertes de l'Association "Foug'Air" que le Broussard n°240 effectue sa première sortie officielle.

 

Au petit matin, nous sortons le F-BNDD de son hangar, sous une douce lumière par une journée qui s'annonce bien ensoleillée. Au terme d'un vol d'une heure, nous arrivons à Villers et, aux ordres du chef de piste, nous nous parquons aux côtés du n°255.

 

Au fil des heures, plusieurs belles machines volantes arrivent d'horizons divers : le Ryan PT22 de La Ferté Alais, un Cessna 140 rutilant, le fameux Beech Staggerwing de Montluçon et quelques autres.

 

Quelques belles américaines et autres anciennes ont permis la mise en scène de tableaux d'époque... Jugez plutôt !

 

Cette journée s'est terminée par un vol en patrouille du 255 et du 240 avec deux beaux passages piste pour les spectateurs avant de mettre le cap retour vers Joigny. Ce fut une belle journée !



Premiers vols après travaux 2009

par Jean-Michel le 14 juin 2009




Samedi 13 juin, nous profitons d'une météo exceptionnelle pour effectuer le vol de contrôle et les premiers vols après les travaux 2009.

 

Comme à l'accoutumée, le Broussard sera accompagné d'un DR400 piloté par Nicolas, avec Jean-Marc à l'arrière, équipé de ses réflex numériques pour shooter DD.

 

Nous nous arrêtons pour une courte escale à Pont sur Yonne, où stationne le Broussard n°282 et nos deux copains de régiment posent pour la postérité.

 

Le 17 juin, un autre vol est effectué vers Troyes, plus technique celui-ci puisqu'il s'agit de renouveler le CDN du Broussard. Au résultat : Bon de vol pour une année de plus !



Convoyage à l'atelier : Joigny !

par Jean-Michel mars à juin 2009




















Dimanche 22 mars, par une météo disons... moyenne évoluant vers franchement pas terrible, le Broussard F-BNDD a momentanément quitté son port d'attache pour se rendre à Joigny, lieu de la poursuite de sa rénovation. Nicolas, à bord du DR400 F-GYPR "chaperonnait" le Broussard qui est arrivé à bon port en début d'après midi.

 

La video ici :

http://240.mh-1521.fr/index.php?part=7&cib=1&rub=1&id=12

 

Mardi 24 mars : préparation des ailes pour la dépose

Avant la dépose des ailes, la dépose des saumons, des bords d'attaque, des ailerons et des volets, des tôles d'emplanture, le débranchement des commandes, des circuits anémométriques et électriques, la vidange des réservoirs d'essence et le débranchement des raccords sont indispensables.

 

Ces opérations ont été réalisées les 23 et 24 mars, et l'outil le plus sollicité a été la visseuse électrique : près de 600 vis à retirer !

 

Les saumons, les bords d'attaque et diverses pièces sont décapées séparément.

 

Dimanche 29 mars : dépose des ailes

C'est à l'aide d'un chariot élévateur que l'avion est tout d'abord mis en ligne de vol, en prenant soin de lester l'arrière du fuselage pour éviter une mise en pylône !

 

Le chariot est positionné sous l'aile, puis les axes sont chassés, les mâts déposés et il ne reste qu'à poser chaque aile sur des tréteaux où elles reposeront pendant le décapage et la peinture.

 

Grâce à une équipe de fidèles fanas, l'opération aura été rondement menée en à peine plus d'une heure.

 

Lundi 30 mars : début du décapage

La première application de décapant a eu lieu ce matin, celui-ci semble très efficace et laisse augurer d'une mise à blanc rapide des ailes et de l'avant du fuselage. A suivre !

 

Vendredi 17 avril : un point sur l'avancement des travaux

Après trois semaines de travail, l'extrados des ailes est à blanc et le fuselage est masqué et partiellement décapé. Les parties déposées (bords d'attaque, gouvernes, karmans) sont repeintes dans les couleurs définitives, tout comme la nombreuse visserie (600 vis environ !).

 

Une opération délicate reste à faire : le retournement des ailes pour procéder au décapage de l'intrados, lequel sera ensuite directement apprêté et peint.

 

Dans l'intervalle, les platines des bouchons de réservoirs d'essence ont été déposées, leurs joints remplacés, et un polissage final donnera une touche personnelle à notre Broussard, seulement visible par les préposés aux pleins !

 

Jeudi 23 avril : le travail sur les petites pièces

Pendant que le décapant travaille seul au hangar (!) les pièces secondaires sont rénovées : c'est le cas des platines des jaugeurs, dont les joints étaient cuits, qui ont été démontées, décapées, leurs joints remplacés et enfin repeintes à neuf. Les portes ont elles aussi subi un décapage en règle et reçu une peinture neuve.

 

Dimanche 3 mai : des avancées spectaculaires

Cette semaine s'achève avec la peinture du toit (blanc mat), des intrados de voilure et des jambes de train. A suivre, les cocardes et le vert sur le fuselage, après le séchage complet du blanc. Les marquages techniques seront aussi appliqués avant le retournement des ailes pour faire l'extrados.

 

8 mai : la journée du jaune

En cette journée particulière, nous entamons la peinture des cocardes d'intrados avec la même méthode que pour le fuselage, c'est à dire le jaune en premier, puis le blanc, le rouge et enfin le bleu. Le marquage technique des trappes de réservoirs est réalisé par la même occasion.

 

Dimanche 10 mai

La peinture touche à sa fin, avec la finition verte du fuselage, le blanc des cocardes et l'enlèvement des masquages des fenêtres et du pare brise.

Le retournement des ailes est prévu samedi 16 mai, pour la dernière ligne droite avant le remontage.

 

Lundi 11 mai

Aujourd'hui, les cocardes d'intrados ont reçu leurs deux dernières couleurs : le rouge, puis le bleu.

D'autres marquages sont réalisés sur le fuselage : les pions et les anneaux de levage sous le fuselage et sur le toit, les cales de mise en ligne de vol sur le flanc droit ont été peints en rouge.

 

Semaine du 17 au 24 mai

Après retournement des ailes, une opération délicate qui nécessite au moins six paires de bras solides, l'extrados est préparé et mis en apprêt.

 

Le lendemain, les emplantures sont recouvertes de blanc (la barre supérieure du "T".

 

Mercredi 20 mai c'est la journée "marquages techniques" : un gros travail de masquage doit être fait, des pochoirs sont positionnés, et plusieurs applications de peinture jaune donneront la touche finale au fuselage et à l'extrados des ailes.

 

Le jaune est aussi utilisé pour les cocardes d'extrados, cerclées par une bande de 3cm de largeur.

 

Le 21 mai les marquages techniques des bords d'attaque sont réalisés à l'aide de pochoirs "maison".

 

Le 22 et le 23 mai, le blanc et le rouge des cocardes est appliqué.

 

Enfin le 24 mai, deux mois jour pour jour après le début des travaux, c'est au tour du bleu qui marque le point final des travaux de peinture de DD! Le masquage est retiré et quelques photos sont faites avant les opérations de mise en croix.

 

Samedi 30 mai

C'est le grand jour ! Ce soir, notre Broussard aura retrouvé son allure d'avion !

 

De bon matin, nous préparons les attaches (nettoyage, graissage), les mâts et leurs fixations, puis le chariot est positionné et l'aile droite est soulevée. Le chariot permet son positionnement avec précision et en toute sécurité. Les broches sont mises en place, puis les mâts, et la même opération est entreprise pour l'aile gauche.

 

2h30 plus tard, les deux ailes sont en place et Nicolas et Thibaut, les visseurs du jour, entreprennent la (longue) repose des bords d'attaque. Pendant ce temps, Jean-Michel s'occupe des commandes de vol et des circuits anémométiques et électriques.

 

A la tombée de la nuit, les fixations d'ailes sont goupillées et la boulonnerie copieusement graissée.

 

A suivre !

 

Dimanche 7 juin

Aujourd'hui, notre Broussard sort enfin du hangar après deux mois de travaux ! Les pleins sont faits, on vérifie l'absence de fuites après avoir mis le circuit d'essence en pression et les derniers karmans sont installés.

 

Brassage, injections, démarreur, magnétos et le Pratt démarre dans un vrombissement qui assourdit les spectateurs présents, pour un point fixe de trente minutes : tous les paramètres sont corrects !

 

De retour au parking après un court roulage, les compressions sont prises et les capots remis en place.

 

Un vol de contrôle est prévu pour samedi prochain, puis une patrouille "photos" pour immortaliser la nouvelle peinture !



Rénovation des ailes, top départ !

par Jean-Michel le 15 mars 2009



Et c'est parti pour la dernière ligne droite, la rénovation des ailes et de la partie avant du fuselage de notre "DD".

 

Ce dimanche 15 mars, le ciel bleu et la température douce sont des conditions idéales pour la préparation des mâts neufs : déstockage et déballage, nettoyage soigné, passage au scotch brite puis au diluant à peinture et application d'un vernis mat qui protègera la peinture et les marquages jaunes d'origine contre les agressions diverses.

 

Malgré la durée du stockage (Les mâts sont respectivement de 1961 et 1962) leur état de conservation est excellent.

 

 



Rénovation des freins

par Jean-Michel le 23 janvier 2009





Lors de l'inspection qui a suivi le dernier point fixe, une fuite de liquide de freins a été détectée sur l'atterrisseur gauche, et les pédales avaient depuis quelque temps une consistance spongieuse. Le remplacement du bloc de frein a donc été entrepris.

 

Cette opération est très rapide : mise sur vérin de l'atterrisseur, dépose de la roue, débranchement de la canalisation de freinage, et extraction du bloc qui est simplement engagé sur la fusée et immobilisé en rotation par six pions.

 

Le bloc neuf est mis en place avec la même facilité, puis le circuit est rempli avec du liquide neuf, et purgé.

 

Cette opération de changement du liquide est également effectuée sur le frein droit mais en dépit du liquide neuf, la pédale est restée spongieuse.

Une inspection poussée des transmetteurs de freins est alors entreprise, et les joints se révèlent usés et d'une étanchéité approximative.

Le remplacement de l'ensemble est alors décidé, un nouveau bloc droit et deux transmetteurs neufs seront mis en place.

 

L'opération nécessite la dépose du siège du pilote pour accéder plus facilement au palonnier et aux transmetteurs. La dépose et la repose d'un transmetteur, du bloc de frein correspondant et le remplissage du circuit sont effectués en un peu plus d'une heure. Un test d'étanchéité sous pression (frein de parc mis) est réalisé, l'étanchéité est à présent parfaite, et les mêmes opérations sont effectuées pour le circuit droit.

 

Le freinage est désormais très efficace, un court rodage des garnitures sera entrepris à l'occasion du prochain point fixe.



Rénovation de la batterie

par Jean-Michel le 17 janvier 2009





La batterie du Broussard (commune à de nombreux appareils militaires de cette époque) est un assemblage de 20 éléments de 1,2V au nickel cadmium (NiCd)

Ces éléments, insérés dans des sachets plastique individuels, sont maintenus dans deux cages en matière plastique et logés dans un container métallique.

 

Le temps et les cycles de charge-décharge provoquent des dépôts acides sur les éléments et au fond du container.

 

La batterie a été démontée, les éléments et composants ont été nettoyés, passivés, et un contrôle électique a mis en évidence un élément hors service, en court-circuit. Il a été remplacé par un élément en bon état.

Les éléments ont ensuite été réassemblés.

 

Le container a ensuite été décapé, apprêté puis repeint en bleu "France", et les plaquettes de polarité, ainsi que la plaque d'identification de la batterie, nettoyées et rénovées.

 

Une pellicule de graisse conductrice au cuivre sur les connecteurs coniques, au remontage, protègera de la corrosion et facilitera un démontage ultérieur.

 

La batterie est prête à alimenter les circuits électriques de notre 240 pour les prochaines saisons !



Une patrouille de 100 ans (ou presque)

par Jean-Michel le 21 octobre 2008



L'Aérodrome de Joigny, terrain de coeur du Broussard n°240, abrite sous son hangar l'un de ses contemporains : le Jodel D-112 n°654 F-BIRL, né en 1958, qui a passé les 50 premières années de sa vie au service de l'Aéroclub des Ailes Joviniennes dont il a formé de très nombreux pilotes.

 

Pour fêter dignement cet anniversaire, notre Broussard a participé à une mémorable patrouille, sous l'oeil et l'objectif du DR400 F-GYPR.

 

Un éclatement final au dessus du club house terminera ce vol qui restera un grand moment de plaisir et d'émotion!



Meeting de Châtillon sur Seine 2008

par Nicolas le 7 septembre 2008


2ème meeting du Broussard 240 F-BNDD avec Jean-Michel, mais surtout, 1er meeting dans lequel le Broussard a été présenté dans une démo à deux, avec le Broussard 106 F-GKJT de Mathieu BLIGNY, venu en voisin du terrain de Pouilly en Auxois.
Le meeting a été légèrement gaché par quelques averses qui ont quelque peu bouleversé le programme. Il reste tout de même un souvenir sympatique et une ambiance "familliale".



Pouilly Maconge le 10 août 2008

par Jean-Michel le 10 août 2008




Pour inaugurer comme il se doit les nouvelles couleurs du 240, un mini rassemblement de Broussard a été organisé à Pouilly Maconge, où se sont retrouvés nombre de protagonistes de la rencontre "Aéromobile" de 2007.

 

Cela a été le prétexte à une séance de photos aériennes en patrouille des trois Broussard n°104, 106 et 240, comme un renouvellement de la patrouille de septembre 2007, ou une répétition d'une prochaine édition d'Aéromobile ??

 

Ce fut une journée fort agréable et conviviale sur ce sympathique terrain ensoleillé.

 

Plus de photos dans la galerie photos : http://240.mh-1521.fr/index.php?part=6

 



Ce sera le CEAM

par Jean-Michel GARNIER le 14 Juillet 2008





Du 8 août 1960 au 26 mars 1965, le Broussard n°240 était affecté au CEAM (Centre d'Expérimentations Aériennes Militaires) de Mont de Marsan, qui fut la première unité opérationnelle de sa carrière militaire. En compagnie des Broussard n°4, 11, 15 et 137, sous le matricule "330-IN", il fut utilisé pour les servitudes de l'unité.

 

Nous avons choisi de redonner au F-BNDD les couleurs qu'il portait alors, avec toutefois quelques touches personnelles.

 

Ainsi, une seule bande DayGlo est peinte à l'arrière, ce qui ne correspond pas aux standards militaires de l'époque.

Une mouche imprudente est venue s'y coller, ce qui a obligé à faire une retouche avant la finition définitive, prévue d'ici quelques jours.

 

Après le choix de la teinte définitive (Orange Feu), l'application d'un vernis mat protègera cette peinture sensible à la décoloration, ce qui a également pour effet d'en atténuer l'aspect très fluorescent et de mieux restituer les reliefs.



17 juin : roll out du nouveau DD

par Jean-Michel GARNIER le 17 juin 2008



Enfin ! Certes ce n'est pas un A380, mais le DD nouveau a fait son Roll Out aujourd'hui 17 juin 2008 à Châtillon sur Seine, sous un ciel chargé de nuages bas et menaçants, après cinq mois du travail acharné de quelques fêlés du Broussard (Merci à eux, ils se reconnaîtront !)

 

Le résultat est là, il ne manque plus qu'une insigne d'unité et un matricule historique pour notre DD ! Avis aux amateurs, nous sommes à l'affut de toutes les propositions...



Une nouvelle robe pour DD

mars à juin 2008












En ce début d'année 2008, nous décidons de redonner son lustre d'antan à notre "DD", mais le programme est lourd : d'un simple ponçage destiné à faire disparaître les disgracieuses mais néanmoins réglementaires immatriculations civiles et découvrir les cocardes françaises, le travail s'est transformé progressivement en un décapage de l'arrière du fuselage.


 

Le décapage révèlera jusqu'à sept (!) couches de peinture, notamment tout près de l'étambot au niveau de la bande dayglo.


 

Quelques traces de corrosion sont traitées par brossage, puis les tôles nues sont passées à l'acide phosphatique, rincées soigneusement et enfin traitées à l'alodine.


 

Pour finir, un apprêt epoxy anticorrosion et une couche de finition vert olive mat sont appliqués au pistolet.


 

Pendant ce temps, les parties démontables sont traitées de la même manière (capot moteur, trappes et karmans, plan fixe horizontal, plans fixes verticaux, gouvernes) ;


 

Les dérives réentoilées reçoivent leur décoration tricolore ;


 

Les saumons ont eux aussi été remplacés par des pièces neuves : lentement mais sûrement la nouvelle décoration se met en place.


 

L'immatriculation civile dérogatoire plus discrète, mais avec un aspect "marquage technique" prend place sur les flancs du fuselage, sous le plan fixe horizontal.


 

De nouvelles cocardes sont peintes aux emplacements originaux.

 

 

Après réflexion, le caisson de plan fixe horizontal a finalement été lui aussi décapé, traité comme la cellule à l'acide phosphatique et à l'alodine, avant de recevoir son apprêt epoxy et une finition vert mat. Par la même occasion, une révision générale des articulations et des commandes des gouvernes de profondeur a été entreprise.

 

 

Début juin, le remontage est entrepris : DD commence à ressembler à un avion ! Et la touche finale est appliquée aux gouvernes de direction avant leur remise en place.










Mise en ligne du nouveau site 240.mh-1521.fr

par Nicolas CORNETTE le 7 avril 2008



Un nouveau site pour le Broussard n°240, au sein d'un portail qui on l'espère aura rapidement de nouveaux abonnés.

Le nouveau site intègre une interface d'administration qui permet d'alimenter le site, en photos et en textes, facilement et sans aucune connaissance informatique particulière.

Plus qu'une évolution, une révolution.


L'aigle authentique a repris sa place

le 6 avril 2008

Un logo Pratt & Whitney original, exactement conforme à celui qui a équipé le moteur du Broussard à sa construction, a pris la place du logo précédent, qui était une copie moderne exagérément colorée. Cette opération a nécessité le remplacement de la platine de sertissage, l'originale (en laiton) étant fatiguée.



Remplacement du filtre à huile

le 6 avril 2008

Le Pratt & Whitney est doté de deux filtres à huile : le premier (le filtre Guiot) en sortie du réservoir d'huile, doit être souvent nettoyé (toutes les 5 heures de vol ou tous les 10 atterrissages). Le deuxième filtre ("oil screen"), au refoulement de la pompe à huile, est bien caché derrière le moteur ; il est difficilement accessible et doit être nettoyé ou remplacé une fois par an. Ce filtre empêche d'éventuelles particules de métal de passer dans le circuit de lubrification du moteur.

La photo ci-contre (au centre) montre le filtre tamis (oil screen) : l'usagé à droite, et le neuf à gauche, avant sa mise en place.



L'aigle du Pratt & Whitney prend des couleurs

le 13 janvier 2008


Le logo d'origine, en laiton cloisonné avait perdu tout son émail.

 

Un logo neuf l'a remplacé, mais il ne nous donne pas entière satisfaction. La recherche d'un logo plus authentique se poursuivra donc...



Travaux d'hiver

le 2 janvier 2008


Les poignées de portes, dont le chrome est endommagé, sont remplacées par des pièces neuves.

Le silicagel des bougies de stockage est renouvelé.
Les deux gouvernes de direction sont déposées pour réentoilage et peinture tricolore.

Les dérives seront prochainement confiées à Loire Aviation sur l'aérodrome de Cosne sur Loire.



Meilleurs voeux et bonne année 2008

le 1er janvier 2008



Meilleurs voeux et bonne année 2008!

Pas de trève hivernale pour le Broussard 240, le travail continue, et recommence dès demain. De gros travaux ont été programmés pour cet hiver, qui devraient être normalement terminés en avril, data à laquelle les vols pourront reprendre.

Revenez tout le long de l'année suivre nos aventures avec cet avion mythique.


Hivernage

le 20 novembre 2007


Les dernières nouvelles du F-BNDD : afin de protéger les cylindres pendant l'hiver, les bougies sont remplacées par des bougies anti-humidité.

Quelques petits travaux, ajustements, rangements... et DD est prêt à passer l'hiver en toute tranquillité.



Entretien et Maintenance : Installation radio

le 27 octobre 2007



Après quelques petits soucis de réception radio, détectés lors d'Aéromobile à Pouilly-Maconge, nous avons revu entièrement le câblage radio, alimentation, antenne et jacks des places avant.

Un nouvel intercom 6 places avait été installé en avril 2007, et les jacks des places arrière avaient été installés en juin 2007 (voir posts dédiés).

Le câble audio, ainsi que les jacks des places avant ont été remplacés par des neufs, et le connecteur du rack radio a été remplacé par un neuf, pré-câblé par un spécialiste.

Pour une raison inconnue, le connecteur BNC de l'antenne, introuvable à l'identique en neuf, était endommagé, ce qui ne permettait pas un contact optimum, et donc un fonctionnement correct de la radio. Il a également été remplacé par un connecteur neuf modifié.

Le résultat est là : un vol de contrôle avec contact avec Seine Info a permis de vérifier le bon fonctionnement de l'installation radio : fort et clair !



Aller/Retour à Auxerre en patrouille avec le Broussard

par Jean-Marc POINCIN le 13 octobre 2007










AH le BROUSSARD !

Le 9 septembre, à Pouilly en Auxois, lors du Meeting AéroMobile 2007 qui présentait voitures et avions anciens, j’avais admiré les 3 MH1521M BROUSSARD réunis en une patrouille mémorable. Intrigué par l’un des avions que je n’avais jamais vu, le numéro 240 F-BNDD, j’interpelais l’équipage, pour en savoir plus. S’ensuivit une longue discussion avec son pilote, Jean-Michel, et Nicolas son Copilote. C’est ainsi que j’appris qu’il était auparavant à l'Amicale Romanaise des Avions Anciens, avant d’être racheté par Jean-Michel, qui le ramena en Bourgogne.


Suite à un échange de Cartes de visite, je reçus de Nicolas l’adresse du superbe site http://bndd.free.fr/ qui évoque avec passion l’utilisation passée et présente du BROUSSARD numéro 240. En retour je lui envoyais quelques clichés de l’avion, pris lors de AéroMobile et une photographie d’époque (issue de nos archives), lorsque l’appareil était codé 315-SK.
Le 7 octobre, je retrouvais Nicolas au Meeting de Dijon-Darois, qui m’invita alors, à un « vol photo », le Week-end suivant, "si les conditions météorologiques sont bonnes".


EN VOL AVEC LE BROUSSARD n°240 F-BNDD


13 octobre au réveil, Dijon est dans le brouillard. Au-dessus de l’aérodrome de Darois, le ciel se dégage, je poursuis jusqu’à Châtillon sur Seine. Midi, appel inquiet de Nicolas, car la brume peine à se lever à Joigny, et il doit ramener l’avion photographe, un ROBIN DR400, pour 15h.... Je l’informe qu’à Châtillon, le ciel est bleu, parsemé de quelques nuages. Le ciel se dégage dans l’Yonne et décision est prise : Rassemblement des troupes.
Le Robin se pose à Châtillon, et aussitôt tout le monde se met à l’ouvrage pour sortir le BROUSSARD.


Je m’installe à l’arrière du ROBIN, pour ne pas être gêné, lors des prises de vues, par les bouts de plans relevés. Le moteur du BROUSSARD démarre, dans un grand panache de fumée.


Le ROBIN décolle en premier, suivi par le BROUSSARD. Les 2 avions se dirigent plein Ouest, en direction de l’Yonne, tout en conservant une bonne distance de sécurité, car de grosses turbulences secouent le Robin. Je me démène tant bien que mal, pour conserver ma « cible » dans l’objectif de l’appareil photographique.


Le BROUSSARD nous croise pour se poser à Auxerre-Branches, où Jean-Michel doit rencontrer un spécialiste radio.


Le ROBIN lui, bifurque vers l’aérodrome de Joigny. Après l’atterrissage, Evelyne notre « copilote » nous quitte, un peu secouée par les turbulences. Changement de monture, et nous roulons vers Auxerre, où je fais la connaissance de Daniel, mon nouveau pilote et de son CESSNA.


Daniel décolle en premier, suivi du BROUSSARD, dans un ciel, de plus en plus brumeux.


L’autofocus de mon appareil photographique « rame », car au fur et à mesure que nous retournons sur Châtillon, le soleil dans sa descente, crée un effet de miroir en traversant la brume. En dernier virage, le petit terrain en herbe de Châtillon, disparaît complètement dans les reflets créés par ce phénomène. Malgré cette gêne, en suivant le BROUSSARD à distance, Daniel pose le CESSNA au seuil de piste.


Tout le monde se dépêche de rentrer le BROUSSARD. De brefs saluts, de grands mercis, et le CESSNA redécolle pour être à Auxerre, avant le coucher de soleil.


Remerciements à Jean-Michel, Nicolas et Daniel, pour cette mémorable journée.


Jean-Marc POINCIN (ARAman)




Aller/Retour à Auxerre en patrouille

le 13 octobre 2007




Après plusieurs reports pour cause de météo bien peu ccopérative, nous avons finalement réussi à faire ce vol ! La météo du jour n'était, pour autant, pas spécialement engageante. Le brouillard matinal ne s'est dissipé qu'à 13h00, à la dernière minute de notre créneau. Plus tard, le vol était difficilement envisageable.

Déroulement de la journée :
Aller de Joigny à Châtillon en DR-400.
Décollage de Châtillon, Jean-Michel dans le Broussard et Nicolas dans le DR-400, en patrouille jusqu'à Auxerre.
Puis retour d'Auxerre à Châtillon, cette fois-ci escortés par un Cessna 172.
Et finalement retour à Auxerre en 172, et Joigny par la route.

L'objectif principal de la journée était un test de la radio par un ami d'Auxerre, et accessoirement, de faire des photos en patrouille, depuis le DR-400 puis du Cessna 172.

Jean-Marc POINCIN, photographe amateur de Dijon avait amicalement accepté notre invitation, et nous a envoyé de magnifiques photos, visibles dans l'espace Photos de notre site.

Malgré une brume persistante dans les basses couches, les vols se sont agréablement passés.

Photos : Evelyne DUPUIS-YEM



Meeting aérien de Pouilly Maconge 2007

le 9 septembre 2007





Mathieu Bligny, organisateur du meeting, propriétaire et pilote du Broussard n°106 nous a invités à participer au meeting en tant qu'exposant. Le premier meeting de Pouilly, et le premier meeting du Broussard n°240 avec son nouveau propriétaire.





Le 9 Septembre 2007 au matin, décollage à 9h00 pour une arrivée à 10h30 à Pouilly.


-> Album photo du meeting de Pouilly Maconge 2007

-> Compte rendu de la journée





Réalisation d'une Check-List

le 27 août 2007

Une check-list a été réalisée sous Word, dans un format permettant aux feuilles d'être insérées, et donc protégées, dans un classeur "protège check-list".

Protège check-list 9 feuillets - www.bayo.com

Elle contient les mêmes informations que la check-list d'origine, avec les deux ou trois erreurs de frappe en moins.

Notre Check-List est librement téléchargeable, pour cela, cliquez sur la couverture à droite ->.

Maintenance - Réparation du compensateur de direction, nettoyage, vérification des roues

le 8 juillet 2007


Un bref instant d'inattention, lors de la rentrée au hangar des deux tonnes du Broussard, et le bord de fuite du compensateur de direction a été faussé. La tôle a été redressée, et le boîtier de commande démonté, nettoyé, graissé et réglé.
La cabine et le fuselage ont eu droit à un nettoyage en règle.
Et pour terminer, les jambes de l'avion ont été mises sur cales afin de vérifier le jeu des roues.

Aller-Retour Châtillon Joigny

le 7 juillet 2007



Afin de profiter des rares journées de beau temps du mois de Juillet, un aller-retour a été organisé, avec la collaboration de Thierry et Jean-Marie dans le rôle des taxis.
Départ à 9h00 de Joigny, destination Châtillon à bord du DR-400 F-GYPR. Thierry pilote, avec Jean-Michel et Nicolas. Arrivée à Châtillon 40 minutes plus tard.
L'objectif secondaire de cette sortie était de produire un petit film (dont un extrait sera prochainement diffusé sur ce site), on en a donc profité pour "mettre en scène" la sortie de l'avion façon "Rocketeer".
Le vol s'est déroulé sans aucun problème, l'avion tourne comme une horloge.
Pour le vol de retour, décollage à 17h00 avec Thierry en passager dans le Broussard et Jean-Marie dans le rôle du taxi à bord du DR400 F-GTPL. Votre webmaster étant occupé à potasser son PPL dans un autre avion.
Nous avons tous décollé, le Broussard et les deux DR-400 et formé une patrouille éphémère (voir photo).

Installation de l'intercom - Suite et fin

le 10 juin 2007




L'objectif principal de la journée était d'installer les connecteurs pour les 4 places arrières.

La solution choisie a été, par mesure de simplicité, d'installer les 8 connecteurs dans un boîtier étanche OtterBox fixé sur le siège passager avant droit par l'intermédiaire d'une fixation RAM.

Le boîtier et le faisceau pré-câblé avaient été préparés pendant la semaine précédente, ce qui a permis de raccourcir au minimum la finalisation de l'installation.

En début d'après-midi, l'avion a été poussé dehors, pour un premier tour de piste, suivi d'un complet et arrêt au parking afin de procéder à une vérification du moteur.

On a ensuite redémarré et redécollé pour une promenade qui nous a emmené du côté de Bar-Sur-Seine.




Première visite depuis le convoyage

le 27 mai 2007


Le temps exécrable ne nous a pas permis de sortir l'avion, ni pour un vol, ni même pour un point fixe.
Un peu de nettoyage, une check-list, une vérification globale de l'appareil, et la pose d'autocollants "Hamilton-Standard" sur l'hélice.






Mise en ligne de la version 1.0 du site internet http://bndd.free.fr

le 11 mai 2007

Ce site est dédié au Broussard n°240.







Convoyage du Broussard
de Saint-Florentin (LFGP) à Châtillon sur Seine (LFQH)

le 21 avril 2007



Le Broussard était hébergé temporairement par le club de parachutisme de Saint-Florentin (CERPS) qui a du récupérer son hangar pour y abriter un nouvel avion largueur.

Le 240 a donc migré vers Châtillon sur Seine où il séjourne désormais en bonne compagnie.

Plusieurs photos sont disponibles dans la rubrique Photos

Temps de vol : 0H45





Installation d'un nouvel intercom

le 15 avril 2007


L'intercom installé étant limité aux places avant, et pour faire participer d'éventuels passagers, un nouvel intercom a été installé. Il s'agit du SPA 600 de Sigtronics.
L'ancien intercom deux places a été déposé, et le SPA 600 installé et connecté à la radio, aux jacks des places avant, et à l'alimentation.

Les jacks des places arrière seront installés et connectés prochainement.

Décapage et peinture de la platine centrale porte instruments moteur

le 6 avril 2007


Démontage, décapage et peinture à la peinture haute température et cuisson au four pour obtenir une protection finale optimum.

Le démontage des instruments a permis de remettre l'indicateur de pression d'admission et le compte-tour à leurs places originales. (Ils étaient inversés depuis ??)


Visite annuelle

Du 18 février 2007 au 23 mars 2007









Gros programme en perspective :

  • Démontage complet de l'ensemble des capots moteur
  • Démontage, décapage et peinture des déflecteurs d'air
  • Démontage des échappements
  • Nettoyage du moteur
  • Changement des bougies
  • Vidange
  • Réparation de la commande de volets de capot
  • Démontage et peinture des volets de capot
  • Remontage et essais au point fixe




  • Démontage complet de l'ensemble des capots moteur

  • Démontage et peinture des déflecteurs d'air
    Avec la chaleur et le temps, la peinture noire des déflecteurs d'air s'est écaillée. Tant qu'à déposer ces déflecteurs (C'est une opération longue), un bon décapage et une peinture cuite au four leur a redonné l'aspect du neuf.

  • Démontage des échappements
    Comme précédemment, avec le temps et la chaleur, la visserie des échappements s'oxyde et prend du jeu. Avec démontage complet, décalaminage, remplacement des joints, et remontage avec de la visserie neuve, les échappements du Broussard reprennent leur aspect d'origine.

  • Nettoyage du moteur
    En fonctionnement, de l'huile suinte, se dépose et brûle sur certaines parties du compartiment moteur. Ce qui donne l'aspect noir et repoussant que l'on peut voir sur les premières photos.
    Heureusement, l'homme moderne a inventé le Décap'Four, et ça marche du tonnerre même avec les Pratt & Whitney, la preuve! (Attention il faut aussi beaucoup d'huile de coude !)

  • Changement des bougies
    Pour les bougies avant, c'est d'une simplicité enfantine. Mais pour accéder aux bougies arrière, de nombreux éléments doivent être déposés : volets de capot, couronne, déflecteurs d'air, voire échappements. Une grosse journée de travail et des mains de fée pour ces neuf bougies !
    Chacun des neuf cylindres du Moteur Pratt&Whitney R-985 qui équipe le Broussard est doté de deux bougies (comme tous les moteurs à pistons pour avion) : 18 bougies ! (Je n'ose imaginer le travail sur un R-4360 avec ses 28 cylindres !!! Voir la galerie photos) .

  • Vidange
    Le moteur en avait besoin. Si cette opération reste assez simple, la quantité est inhabituelle (36 litres d'huile minérale M100 !). Pour être complète, cette vidange doit s'accompagner de la vidange des puisards, du filtre principal (oil screen) et du radiateur d'huile.

  • Réparation de la commande de volets de capot
    C'est le point faible de tous les Broussard. Le Broussard dispose de volets de capot mobiles dont le moteur électrique est fragile.
    Lorsque le Broussard vole ou stationne sous la pluie, de l'eau peut passer dans les flexibles de commande et remplir le carter du moteur électrique, ce qui peut rapidement endommager le mécanisme et le moteur lui-même (Vous l'avez déjà noté, les pièces sont rares et chères…).

    La commande des volets du 240 était bloquée à froid, et se débloquait progressivement à chaud, mais sans jamais récupérer le débattement complet.
    Le démontage complet de l'ensemble a permis de dégripper les flexibles sous gaine (simple comme un câble de vélo), nettoyer les mécanismes, régler, graisser, et le Broussard a retrouvé les capots de sa jeunesse !

  • Démontage et peinture des volets de capot
    Ce n'est que le début d'une nouvelle jeunesse pour le 240 qui doit retrouver d'ici quelques mois les couleurs qu'il portait sous les drapeaux… Une touche d'essai a été faite sur les volets de capot, plutôt réussie, qui sera étendue au capot moteur, puis au dessous de fuselage et plus encore. A suivre sur 240.mh-1521.fr !

  • Remontage et essais au point fixe
    Il tourne comme une horloge!


  • Clapet d'injection - Durite - Injecteurs

    le 28 décembre 2006


    Les militaires faisaient un point fixe d'entretien hebdomadaire de 20 minutes (Un bon 50 litres d'essence !). Le prix de l'Avgas étant ce qu'il est, ce point fixe est devenu mensuel pour le 240.

    Et le 28/12/2006 - impossible de démarrer.

    Recherche de panne
    Pour démarrer, le moteur en étoile Pratt & Whitney a besoin d'être gavé en essence. En dérivation du circuit carburant, mis en pression par la pompe électrique, un clapet alimente un injecteur sur chacun des 5 cylindres supérieurs. Je vous invite à lire l'essai en vol de Raymond DELAUNAY, qui explique bien le démarrage du Broussard.

    Un bon moyen de contrôle des injections est la chute de la pression d'essence lorsque l'on actionne la commande d'injection. Ce jour là, la pression ne chute pas.

    Tout le circuit d'injection est vérifié : bouton de commande, clapet, tuyauteries : RAS. Donc les injecteurs sont en cause.
    Leur dépose met en évidence trois injecteurs colmatés (sur 5 !) Comment déboucher ces minuscules trous ?? Dégrippant, fil d'acier, rien n'y fait.
    Un heureux hasard a fait que le filetage de sortie des injecteurs est le même que celui de ma pompe à graisse !! Laquelle pompe, en poussant vigoureusement de la graisse (aviation tout de même !) à contre courant dans l'injecteur, débouche le tout en un clin d'œil. Ouf, car ces injecteurs sont pour ainsi dire introuvables en France.

    Pompe sur marche, hélice sur grand pas, 2 cm de gaz, injections, démarreur, 4 pales, magnétos sur les deux... et le moteur démarre. (Yeeesss !).

    Changement de la casquette du tableau de bord

    le 25 novembre 2006


    Comme pour l'étambot, le poids des années de service a fait son effet.
    La casquette d'origine était écaillée, bosselée, tristounette, gondolée - par les effets du soleil.
    Nous l'avons donc remplacée une casquette "flambant neuve" dénichée elle aussi chez un amateur (et amasseur !) de pièces détachées !

    Changement de l'étambot

    le 12 novembre 2006



    L'étambot : partie terminale du fuselage de l'avion qui cache une partie de l'atterrisseur arrière.

    L'étambot d'origine était abîmé. Des bosses un peu partout, et une réparation disgracieuse rivetée un peu en arrière du passage de la roulette.
    Ayant un étambot neuf à portée de tournevis, il a été décidé de changer la pièce.

    Le changement n'est pas aussi simple qu'on pourrait imaginer. En effet, aucun perçage de fixation n'était fait à l'avance sur les pièces d'origine. Il faut donc repérer, tracer, percer avant de fixer.
    L'opération requiert un minimum de méthode et beaucoup de patience pour réussir !

    Vol en Broussard - Destination Joigny (LFGK)

    le 7 octobre 2006

    Après l'effort - Le réconfort
    Présentation du Broussard à l'équipe des Ailes Joviniennes, terrain doté d'une piste pas toujours évidente. Le premier atterrissage sur une piste en dur pour le nouveau pilote du Broussard 240 !

    Trois photos sont disponibles dans la rubrique Photos.

    Changement des roues du train principal

    le 30 septembre 2006




    Le manuel d'entretien militaire de l'époque stipule qu'il faut vérifier le jeu des roues du train principal tous les 4 atterrissages. Cette opération de "routine" a donc été programmée pour le F-BNDD.

    Le contrôle a mis en évidence une usure importante de la jante gauche qui a rendu son remplacement indispensable. Les pneus n'avaient pas fière allure, craquelés par le temps et la chaleur. Un ensemble roues/chambres à air/pneus neufs a été fourni par un collectionneur de pièces détachées, assemblé et mis en place.

    Ca a l'air compliqué de changer une roue de Broussard, mais non : on soulève la jambe de train, on dévisse l'écrou de blocage, on dépose l'écrou central, on enlève la roue, on installe la nouvelle, on repose l'écrou central, l'écrou de blocage, la goupille et le tour est joué.

    L'opération nécessite tout de même un outillage spécial. Le support de levage (en rouge sur la photo), qui se fixe sur la jambe, et la douille à ergots pour l'écrou de roue. Sans ces deux outils, l'opération est tout simplement impossible. Une bonne clé dynamométrique complète le tout.

    Cette opération a également permis de faire un contrôle visuel du système de freinage. En avion, on ne se sert pas souvent des freins, mais quand on en a besoin, il faut que ça marche!
    Contrôle RAS.

    Réalisation d'une chaussette de protection
    de la tige d'amortisseur de la roulette de queue

    le 24 septembre 2006

    L'arrière du fuselage est exposé aux projections de poussière et autres débris soulevés par les roues au décollage.

    Cette housse permet de protéger la tige chromée de l'amortisseur.

    La "chaussette" d'origine était trouée !!

    Changement de l'ensemble amortisseur + roulette de queue

    le 7 septembre 2006

    Sur le Broussard, la roulette de queue est amortie - elle supporte environ 300 kg.

    L'amortisseur est un modèle à empilage de rondelles élastiques (rondelles "Belleville"). Sur le 240, plusieurs rondelles cassées ont provoqué le grippage de l'amortisseur qui a du être remplacé. Un ensemble complet d'atterrisseur arrière avec sa roue et pneu neuf a pris la place de l'ensemble d'origine.

    Info : la visite prévol prévoit la vérification de l'enfoncement de l'amortisseur par une méthode simple : 4 doigts de la main doivent passer entre la roue et l'étambot.

    Remplacement d'un venturi

    le 1er septembre 2006

    Qu'est ce qu'un venturi ?
    Le Venturi est un tube dont la section est rétrécie au milieu. L'écoulement de l'air dans ce "tube" créé une dépression indispensable au fonctionnement de plusieurs instruments de bord.
    Une pompe à vide fournit cet air déprimé sur la plupart des avions, c'est le cas du Broussard. Les venturis fournissent l'air déprimé en cas de défaillance de la pompe à vide.

    Sur le Broussard, il y a deux venturis principaux, sous le fuselage, en arrière du moteur et deux plus petits plus en arrière qui alimentaient une caméra de prises de vues aériennes.

    Pour en savoir plus sur l'Effet Venturi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Venturi

    Nettoyage - Décrassage - Visite - Elaboration du programme d'entretien

    les 1er, 7 et 30 Juillet 2006

    Qui dit "bel avion" dit : Avion propre.
    Et qui dit "vieil avion" dit : Entretien périodique permanent.

    Les premiers jours avec le Broussard ont été dédiés à un grand nettoyage de "printemps".
    Le dessous du fuselage étant particulièrement exposé aux projections d'huile et de poussière, est recouvert d'une pellicule de résidus gras et pâteux qu'un vigoureux nettoyage au pétrole éliminera.

    Le Broussard n°240 F-BNDD change de propriétaire

    le 30 juin 2006




    Le Broussard n° 240 F-BNDD quitte son premier propriétaire civil (L'Association Romanaise des Avions Anciens) et son sympathique hangar de Romans, pour rejoindre la Bourgogne avec son nouveau propriétaire, qui n'est que le deuxième dans la vie civile de l'avion !

    • Convoyage du Broussard de Romans (LFHE) à Saint-Florentin (LFGP)

    Rendez-vous en gare de Valence TGV avec Christian, ami instructeur à l'Aéroclub Rossi Levallois, sur la plateforme de Salon Eyguières (LFNE). Nous nous rendons à Romans sous un beau ciel bleu pour y retrouver notre "DD". Nous préparons la machine, fêtons sobrement l'événement avec l'équipe de l'ARAA et après un déjeuner en terrasse sur le terrain, nous nous installons aux commandes.
    La chaleur écrasante de l'été dégrade les performances au décollage et la montée vers notre altitude de vol est laborieuse, à 200 ft/min.
    Mais comment cet avion pouvait-il voler en Algérie ??
    A l'issue de ce vol de 2 heures et 20 minutes, Christian attrape in extremis son train de retour. Un grand merci, Christian, pour ton aide à faire ce convoyage dans la sérénité !



    Le Broussard F-BNDD passe sous régime de CDNR

    le 23 juin 2006

    CDNR : Certificat De Navigabilité Restreint
    Le CDN est l'équivalent de la carte grise pour l'aéronautique, pas de CDN, pas de vol possible.
    Le CDNR a été créé par la DGAC en 2003 afin de permettre aux aéronefs orphelins de continuer de voler.

    Un type d'aéronef devient orphelin dans les cas suivants :
     - le constructeur n'existe plus,
     - le constructeur existe encore, mais a renoncé à assurer le suivi de navigabilité.

    C'est le cas du Broussard, construit par Max Holste, devenu Reims Aviation.

    Pour en savoir plus sur le CDNR, et sur les CDN en général :
    http://www.developpement-durable.gouv.fr/CDNR-et-CDNS-aeronefs-sans.html
      www.mh-1521.fr | admin 

















    Page générée en 0.5109 secondes